Lithographie

La lithographie est un procédé artistique inventé au XIXe siècle. Cette technique d’impression chimique repose sur le principe de la répulsion réciproque de l’eau et des corps gras. L’artiste dessine au crayon ou peint sur la pierre calcaire à l’encre grasse lithographique. Le lithographe passe sur la pierre une solution composée de gomme arabique et d’acide nitrique. Cette opération fixe le dessin et ouvre les pores de la pierre aux endroits vierges, on mouille ensuite la pierre. On encre au rouleau, avec une encre d’imprimerie également grasse. L’encre reste sur la pierre aux endroits imprégnés du gras du dessin tandis qu’elle est repoussée par l’humidité partout ailleurs. Le tirage se fait avec une presse lithographique qui presse fortement la feuille de manière égale. Le support d’excellence de la lithographie est la pierre calcaire à grain très fin, plus tendre et plus dure que la pierre grisée. Les carrières fournissant des pierres d’une qualité suffisante pour la lithographie viennent en général de Bavière, de Rhénanie, de Saxe, de France et de Suisse.

Le grain de la pierre doit être parfaitement homogène et ne présenter aucun défaut afin d’éviter toute imperfection lors du tirage. La surface est poncée, grainée ou polie à l’aide d’abrasifs, de savon et d’eau. Une pierre lisse permet d’obtenir des traits et des aplats profonds ; une pierre grainée permet une impression en demi-teintes.

Justification du tirage et numérotation

En tant qu’œuvre d’art de nature multiple, la lithographie a une valeur sur le marché de l’art selon la cote de l’artiste, la qualité d’exécution, sa rareté mais également selon sa numérotation. Par conséquent, il est nécessaire d’inscrire sur chaque tirage, avec la signature de l’artiste, le numéro de l’exemplaire et le tirage total, ce qui s’appelle « justification du tirage ».

Le premier exemplaire qui sort de la presse est annoté « BAT » (pour « bon à tirer ») une fois que l’artiste est satisfait du résultat. Les exemplaires suivants sont numérotés sur le nombre total d’épreuves tirées, par exemple 25/100 pour le 25e tirage d’une lithographie tirée à 100 exemplaires. Avant d’être numéroté et signé par l’artiste, chaque exemplaire est comparé au BAT et jugé en fonction de celui-ci. Quelques exemplaires sont annotés « EA » (« épreuve d’artiste ») et « HC » (« hors-commerce »), et sont réservés à l’artiste et à l’imprimeur.

Après le tirage du nombre d’exemplaires voulu, les pierres sont traitées, polies, le dessin disparaît définitivement, ce qui garantit la régularité du tirage officiel.

Lithographie

Steindruck, das älteste Flachdruckverfahren, bei dem als Druckform eine Platte aus Kalkstein dient. Diese Verfahren nutzt die Erfahrung, dass sich Fett und Wasser abstoßen. Die Kalksteinplatte ist sehr feinporig und kann Wasser und Fett leicht aufnehmen; die Zeichnung wird mit Fettkreide oder -tusche darauf übertragen. Dann wird der Stein mit einer Scheidewasserlösung geätzt und anschließend mit einer mineralsauren Gummiarbaicum -Lösung behandelt. Hierdurch werden die von der Zeichnung freien Stellen fähig, Wasser aufzusaugen. Beim Einfärben mit f etter Druckfarbe nimmt nur die Zeichnung Farbe an, die befeuchtete, bildfreie Fläche nicht. Von derfertigen Steinplatte lassen sich Abzüge in fast beliebiger Auflagenhöhe herstellen. (Ref.: Galerie Cyrien Brennet.de)

Zum Druck in Steindruckmaschinen wird die Druckform mit Wischwalzen befeuchtet und mit Lederwalzen eingefärbt. An Stelle der unhandlichen lithographischen Steine wurden später gekörnte Zink- oder Aluminiumplatten verwendet. Heute ist die Lithogr aphie auf photographische Grundlage und Metallplatten umgestellt.

Lithography

The process was discovered in 1798 by Alois Senefelder in Munich who used a porous Bavarian  limestone for his plate (hence lithography, from Greek lithos, “stone”). The secret of lithographic printing was closely held until 1818, when Senefelder published Vollständiges Lehrbuch der Steindruckerey (A Complete Course of Lithography). (Ref.: britannica.com) The process of printing from a plane surface (such as a smooth stone or metal plate) on which the image to be printed is ink-receptive and the blank area ink-repellent.

In the lithographic process, ink is applied to a grease-treated image on the flat printing surface; nonimage (blank) areas, which hold moisture, repel the lithographic ink. This inked surface is then printed—either directly on paper, by means of a special press (as in most fine-art printmaking), or onto a rubber cylinder (as in commercial printing). Lithography is the original form of planographic, or surface printing, and offered a new freedom to the artist or printer. The illustration could be drawn directly onto a highly polished chalky limestone block with special crayon pens. Drawing onto the stone was almost as natural an action as drawing onto paper.